Transcription – témoignages de nos clients

Il n’est pas facile de rédiger des procès-verbaux convaincants ou de convertir des discours en textes fiables. Les technologies de reconnaissance vocale actuellement disponibles sur le marché peuvent être d’une grande utilité, mais elles ne comprennent pas le post-traitement par des linguistes professionnels que propose le Centre de traduction, qui a lancé l’an dernier son service de transcription globale. Nous avons demandé à certains de nos clients de nous faire part de leurs premières impressions.

«Nous sommes très heureux de pouvoir utiliser ce service», affirme Thierry Fontenelle, chef de la division des services linguistiques de la Banque européenne d’investissement (BEI). Son organisation a récemment demandé au Centre de transcrire une réunion hautement confidentielle de 5 heures qui ne pouvait pas être traitée en interne. «Le fait que le CdT utilise la technologie de reconnaissance vocale automatique pour accélérer le processus de transcription, ainsi que l’intervention et la révision humaines pour corriger les inévitables erreurs (…) ont permis à [ma division] de fournir aux collègues ce dont ils avaient besoin dans un délai raisonnable».

Comme l’explique Thierry Fontenelle, la valeur ajoutée du service de transcription du Centre réside dans la phase de post-traitement effectuée par ses linguistes professionnels. Lors de la phase d’examen des transcriptions brutes, ils modifient les textes et ajoutent également des informations cruciales, comme l’identité de l’intervenant ou les acronymes et noms corrects que le système ne peut pas détecter.

L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), dont le siège se trouve à Vienne, a également fait appel au service de transcription du Centre. «Nous recherchions une solution pour transcrire les discours enregistrés du directeur en textes à publier en ligne», explique Nicole Romain, chef de l’unité Communications et événements, précisant que cela avait été fait en interne mais ne s’était pas avéré être une solution efficace.

Nicole Romain souligne que la solution de transcription proposée par le Centre est homogène, contrairement aux autres solutions disponibles sur le marché. «Les solutions existantes sont soit des services d’abonnement en ligne qui posent des problèmes en matière de passation de marchés, soit des logiciels qui doivent être approuvés par notre équipe informatique», indique-t-elle. L’utilisation des technologies en nuage ayant suscité quelques inquiétudes initiales, la BEI a demandé au Centre de lui fournir une analyse d’impact relative à la protection des données. Après examen par sa direction du personnel et par son délégué à la protection des données, la BEI a estimé qu’elle pouvait utiliser en toute sécurité le service de transcription du Centre.

L’Agence européenne de contrôle des pêches (AECP), dont le siège se trouve à Vigo, en Espagne, utilise également le service de transcription du Centre pour préparer les procès-verbaux des réunions de son conseil d’administration, des comptes-rendus écrits étant obligatoires pour ce genre d’événement.

Avec d’autres agences de l’UE, nous avons nous aussi commencé à utiliser la transcription pour nos activités quotidiennes. Nous produisons des transcriptions pour faciliter l’établissement de comptes-rendus écrits des réunions de notre conseil d’administration. Cette ressource supplémentaire permet d’accélérer la rédaction des procès-verbaux et d’en améliorer la précision. Nous avons également récemment eu recours à la transcription pour assurer le suivi de l’atelier sur le multilinguisme que nous avons organisé avec le Médiateur européen le 30 septembre dernier (voir notre article).

Notre expérience montre que le service de transcription est une solution rentable qui nous aide à traiter rapidement des tâches généralement chronophages et qui nous permet de nous concentrer sur nos activités opérationnelles.

 

Informations complémentaires